Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Routines ayurvédiques d’hiver

Quel est l'impact de l'hiver sur les Doshas ?

En Ayurvéda, chaque saison est dominée par une énergie particulière. Les Doshas Vata, Pitta et Kapha, sont influencés par les qualités présentes dans notre environnement. Pour en savoir plus sur les cycles des saisons selon l’Ayurvéda, je vous invite à consulter mon article dédié à ce thème : conseils ayurvédiques pour vivre en harmonie avec les saisons.

En France, l’hiver est une saison où les températures peuvent être négatives, avec un ciel plutôt grisâtre mais pouvant aussi alterner avec des périodes d’ensoleillement. Si l’hiver est froid et sec, le Dosha Vata se retrouve aggravé. Mais, si ce dernier est froid et humide, c’est plutôt le Dosha Kapha qui se retrouve perturbé. En général, le début de l’hiver est plus susceptible d’augmenter Vata, tandis qu’à la fin de cette saison, c’est Kapha qui se retrouve le plus impacté.  En effet, la première partie de cette saison présente plus de similitudes avec la saison de l’automne, tandis qu’en seconde partie, l’hiver est plus ancré avec un climat plus lourd en énergie, plus stable et robuste.

Le froid, dans tous les cas va venir déranger les Doshas Vata et Kapha, puisqu’ils sont tous les deux des Doshas de qualité froide. Kapha s’accumule pendant l’hiver, en présence de qualités similaires aux siennes. Le froid intense, la douceur et la lenteur, le ralentissement et l’immobilité avec une certaine humidité vont faire augmenter Kapha progressivement. Si l’hiver est particulièrement pluvieux,  ce dernier va s’aggraver plus rapidement et ainsi entraîner l’apparition de symptômes de déséquilibre Kapha.

La rugosité, le côté « enfermement » de l’hiver, les journées relativement courtes et le temps maussade vont perpétuer l’agitation mentale et l’instabilité de Vata. Ce dernier s’est accumulé tranquillement en été avec l’augmentation de la sécheresse et s’est aggravé en automne avec l’arrivée du vent et la baisse des température. Vers la fin de l’hiver, lorsque les températures extérieures augmentent, Vata va progressivement diminuer et s’apaiser. La chaleur qui s’installe progressivement, va avoir pour effet de liquéfier le Dosha Kapha. Ce dernier, constitué des éléments eau et terre, en présence de la qualité du froid, augmente dans notre organisme, mais il reste solide. Dès que les premiers rayons du soleil apparaissent, amenant ainsi de la chaleur, le Dosha Kapha va en quelque sorte « fondre ». Cela va entraîner son aggravation avec l’apparition de troubles Kapha.

Le fait que le Dosha Vata est augmenté dans notre organisme, va avoir des conséquences sur notre équilibre personnel. La saison du vent et du froid, nous rend plus stressé, plus anxieux, nous pouvons vivre des changements d’humeurs plus fréquents et être plus « déprimé ». Vata augmenté, entraîne un sentiment de fatigue, de manque de repères et de stabilité. Notre appétit devient plus irrégulier car Agni, notre feu digestif est instable lui aussi. Ainsi, nous pouvons avoir faim à un moment, et ne pas ressentir cette sensation à un autre. Il en est de même avec le transit, qui peut alterner entre un état de constipation et de diarrhée. Nous pouvons ressentir certains troubles digestifs particuliers comme une manifestation plus importante de gaz et ballonnements, une distension abdominale ou des douleurs au niveau du côlon. Ceci étant du à une augmentation de l’élément air dans notre système digestif, en particulier dans le siège de production du Dosha Vata, le côlon. Nous pouvons aussi ressentir une sécheresse au niveau de la peau, des cheveux, des articulations (craquements), ainsi qu’une déshydratation.  Au niveau émotionnel, on se sent plus instable, avec peut-être plus de peurs et de doutes. Nous sommes attirés par la chaleur, les espaces protégés et plutôt « humides ».

Si Kapha augmente en cette période, nous pouvons déjà ressentir quelques symptômes. Vous pouvez par exemple ressentir une certaine lourdeur générale, que se soit au niveau physique ou mentale. Aussi, vous pouvez vous sentir congestionné, en manque d’envie ou de motivation. Les toxines accumulées pendant l’hiver (due à une alimentation plus riche et nutritive) vont avoir tendance à remonter à la surface. Cela peut avoir pour conséquence l’apparition d’allergies, de sinus congestionnés, des troubles pulmonaires ou ORL… Notre feu digestif, Agni, devient plus lent et plus faible et notre digestion peut devenir lourde. Il peut y avoir des manifestations de ballonnements, des vomissements, des nausées ou bien encore des douleurs à l’estomac. Mentalement, nous pouvons ressentir là aussi un état léthargique et une certaine lourdeur émotionnelle. Notre circulation sanguine et lymphatique peut être ralenti, cela peut entraîner de la rétention de liquide, une stagnation du tissus graisseux, des extrémités froides…

Nous pouvons éprouver plus de difficultés à vivre cette période de l’année. Nous pouvons avoir hâte que l’hiver se termine et que le printemps arrive avec ces belles journées ensoleillées. Aussi, nous pouvons vivre difficilement la rudesse de cette saison, celle-ci peut venir impacter notre santé mentale et notre morale. Accepter cet état de repli et de morosité, mettre en place des petits changements de vie et veiller à se chouchouter en cette période vont être des actes bénéfiques. 

En fonction du climat et des qualités présentes autour de nous, il est important d’adapter son hygiène de vie afin que celle-ci nous aide dans le maintient de notre équilibre.

La Ritucharya de l'hiver

Quelques semaines avant le changement de saison, ici à la fin de l’automne, il est conseillé d’effectuer une transition douce. Faire subir à notre organisme des modifications d’une manière brusque ou ne pas le préparer aux changements saisonniers, risquent de créer des déséquilibres. Cela va surtout venir perturber le Dosha Vata, qui est le plus impacté par les périodes de transition. Venir apporter quelques modifications dans son hygiène quotidienne tout en douceur, va avoir un effet positif sur notre corps et notre mental. 

Vous trouverez ci-dessous des propositions qui peuvent vous être utiles dans votre adaptation à cette saison automnale. Ces conseils vont aider à apaiser le Dosha Vata :

  • Profitez des périodes ensoleillées, afin de réchauffer votre organisme et ainsi apaiser votre Dosha Vata. La vitamine D permet aussi de se sentir plus serein, booste le moral, réduit le stress et les changements d’humeur. Protégez-vous du vent et du froid, surtout au niveau des oreilles, du coup et de la tête.
  • Prendre des douches ou des bains chauds avec une huile essentielle apaisante pour calmer le système nerveux (lavande, camomille, orange…). Plutôt le faire en dehors des heures de repas car après manger, cela risque de perturber Agni, le feu digestif.
  • Si vous avez des difficultés à trouver le sommeil et à apaiser votre mental le soir, vous pouvez effectuer un massage des pieds. En effet, se masser les pieds va avoir un impact positif sur les Doshas Pitta et Vata. Pour apaiser le Dosha Vata, vous pouvez utiliser une huile nourrissante et réchauffante comme celle de sésame par exemple. En cas de déséquilibre Pitta, vous pouvez utiliser une huile plus neutre, comme celle de tournesol, de pépin de raisin ou d’olive. Vous pouvez également utiliser un bol Kansu, qui contribue aussi à l’apaisement du mental. Venez masser avec le bol toute la zone du pied en effectuant des gestes circulaires. Vous pouvez utiliser du ghee (beurre clarifié) pour effectuer ce massage. Afin d’éviter un surplus de cogitations le soir avant le coucher, il serait bénéfique d’instaurer une atmosphère calme et relaxante. Diffuser des senteurs apaisantes et une lumière tamisée aident à l’apaisement. Se coucher avant 22h – 22h30, en heure Kapha, favorise l’endormissement. 
  • Au niveau des activités physiques, on privilégie des activités douces pour venir apaiser et diminuer l’agitation nerveuse. Ainsi, on écoute son corps et son niveau d’énergie et de fatigue. on évite l’épuisement et on favorise l’ancrage, le calme et le lâcher-prise. Le yoga, la marche en nature, le taï-chi, la natation en intérieur… sont excellents. 
  • Durant cette période automnale, on essaie de lâcher-prise et de se détendre. Venir ralentir le rythme et profiter de la nature et de l’instant présent va être bénéfique pour votre équilibre interne. On évite aussi les situations stressantes ou qui demandent trop de concentrations en période Vata (l’après-midi). Enfin, on diminue, si possible, la sur-stimulation des sens, ainsi on peut être plus attentif à ce que nous écoutons ou regardons en privilégiant la douceur et le calme.
  • L’auto-massage à l’huile ou bien se faire masser par une autre personne va permettre d’apaiser fortement le Dosha Vata. Selon votre Prakriti (constitution de naissance) ou déséquilibre, choisissez une huile végétale qui vous corresponde. L’huile de sésame est idéale pour Vata, vous pouvez aussi utiliser l’huile de pépin de raisin, d’amande douce, de tournesol… Massez-vous des pieds à la tête (environ 15-20 mn) avant de prendre votre douche ou votre bain. Laisser reposer 30 mn environ afin que l’huile puisse pénétrer correctement afin de nourrir les organes internes. 
  • On pense à bien s’hydrater avec de l’eau chaude ou à température ambiante, tout au long de la journée. Privilégier les tisanes aux épices chaudes et douces comme la cannelle, le fenouil, la cardamome… Ou bien des tisanes de plantes nervines comme la camomille, la lavande…  Aussi, si c’est possible, il pourrait être bénéfique de limiter sa consommation d’existants comme l’alcool, le thé ou le café qui accentuent l’agitation de Vata. Le meilleur moyen de bien s’hydrater est de boire entre les repas et en petite quantité à chaque fois. L’hiver, on hésite pas à boire régulièrement notre corps en a besoin. 
  • On privilégie tous ce qui réchauffe. Ainsi, on évite tous ce qui est refroidissant et on favorise le cuit.
  • En hiver, on évite les épices trop piquantes qui risquent de créer plus d’assèchement et on utilise plutôt des épices chaudes et douces comme la coriandre, la cannelle, la cardamome, le fenouil et le cumin.
  • On essaie de diminuer les aliments qui augmentent l’élément air dans le corps. Ainsi, on fera attention aux légumineuses, aux crucifères, aux salades et aux gâteaux secs. Pour mieux digérer les légumineuses, nous pouvons les faire tremper environ 24-48h dans de l’eau, que l’on change régulièrement, puis on peut les cuire avec des épices carminatives comme le cumin ou le fenouil. Puis, on les consomme avec une huile végétale pour atténuer le côté asséchant.
  • En hiver, notre feu digestif (Agni) est puissant car nous avons besoin plus d’énergie et de nutriments pour faire face au maintient de la température corporelle. Notre capacité digestive est cependant fragile car souvent irrégulière à ce moment de l’année. Il est donc pertinent d’écouter sa sensation de faim et de satiété. Afin d’éviter la formation d’Ama (toxines), ici, il est préférable de manger léger et nutritif. Cela signifie qu’on privilégie les céréales complètes ou semi-complètes, selon l’état de son feu digestif, ainsi que des légumes et fruits de saison.
  • Nous pouvons également introduire la consommation de protéines animales d’une manière plus régulière, si notre Agni nous le permet. Les plats en sauce, avec une crème légère ou des soupes nourrissantes le soir sont à favoriser. Ne pas hésiter à ajouter une matière grasse végétale, en quantité raisonnable (à voir en fonction de votre Prakriti, constitution de naissance et de vos déséquilibres) pour contrer l’effet asséchant de Vata.
  • Pour avoir plus de conseils en alimentation afin de rééquilibrer le Dosha Vata, je vous invite à consulter l’article suivant : équilibrer le Dosha Vata grâce à l’alimentation.

Si certains troubles Kapha se manifestent, en cette période de l’année, particulièrement si l’hiver est humide, voici quelques conseils rééquilibrants ce Dosha :

  • Si votre énergie est lourde et si vous vous sentez léthargique et en manque de motivation, s’aérer et aller marcher en pleine nature vous fera du bien. Activer votre corps va permettre à votre métabolisme de s’accélérer, le fait de se mettre en mouvement va améliorer la circulation sanguine et lymphatique et ainsi apporter de la fluidité. Si vous ressentez un trop fort déséquilibre Kapha à ce niveau là, vous pouvez pratiquer des activités cardio afin de venir booster votre Agni, feu digestif et votre métabolisme. Dans tous les cas, pratiquer une activité sportive (marche, course, vélo…) est recommandé, de 20 à 30 mn par jours.
  • L’hiver est une saison où notre organisme a besoin de se reposer, de se renforcer et de constituer des réserves d’énergie. C’est pour cela que nous dormons plus longuement et que les jours sont plus courts. Cependant, si vous sentez que votre Kapha est trop présent et qu’une certaine lourdeur physique et d’esprit vous paralyse, dans ce cas il peut être judicieux de veiller à ne pas se lever trop tard et à dormir en excès. 
  • L’auto-massage Abhyanga est là aussi bénéfique, car il vient amélioer la circulation des fluides vitaux, aide à l’élimination des toxines (Ama) et améliorer la texture de la peau. En cas d’excès de Kapha Dosha, il peut être bon de pratiquer un massage plus intense avec une huile végétale légère et réchauffante. Vous pouvez utiliser celle de pépin de raisin, de moutarde (la meilleure pour Kapha), de sésame ou d’olive par exemple. Le mieux, est de la faire préalablement chauffer afin que les pores de la peau d’ouvrent plus facilement facilitant ainsi la pénétration de l’huile.
  • Profitez des rayons du soleil dès qu’ils se présentent, afin de réchauffer votre corps et d’apaiser votre Dosha Kapha. La vitamine D permet aussi de se sentir plus serein, booste le moral et réduit le stress, ainsi que les changements d’humeur. Lorsque vous sortez, protégez-vous du froid et de la pluie.
  • Prendre des douches chaudes pour réchauffer votre organisme. Le mieux est de le faire en dehors des heures de repas, car après manger, cela risque de perturber Agni, le feu digestif. 
  • On pense à bien s’hydrater avec de l’eau chaude ou à température ambiante, tout au long de la journée. Privilégier les tisanes aux épices réchauffantes : gingembre, cardamome, cannelle, cumin, poivre noir… Le meilleur moyen de bien s’hydrater est de boire entre les repas et en petite quantité à chaque fois.
  • On privilégie tous ce qui réchauffe. Ainsi, on évite tous ce qui est refroidissant et on favorise le cuit.
  • En cas hiver humide et d’augmentation de Kapha, on peut favoriser les épices piquantes qui vont venir booster Agni, le feu digestif et ainsi stimuler le métabolisme et la digestion. En cas d’excès de Kapha, notre Agni, risque de devenir plus lent, notre digestion est donc ralenti, ce qui entraîne certains désagréments. Nous pouvons avoir des ballonnements, des nausées, des douleurs ou lourdeurs au niveau de l’estomac. Notre transit se retrouve également impacté. Cette lenteur peut provoquer une congestion des déchets à évacuer, provoquant ainsi une constipation ou des difficultés à aller à la selle.
  • On essaie de diminuer les aliments qui augmentent les éléments eau et terre dans le corps. Ainsi, on fera attention aux légumes racines en excès, aux fruits et légumes contenants une grande quantité d’eau. Les produits laitiers sont très perturbants pour Kapha car ils présentent les mêmes caractéristiques. En effet, ils sont tous les deux lourds, onctueux et collants. Ils sont donc à diminuer fortement. Mieux vaut les remplacer par des laits végétaux. Lorsque vous consommer du lait d’origine animale, faite le préalablement bouillir dans une casserole avec des épices (cardamome, poivre, cannelle), cela va le rendre plus digeste.
  • En cas de digestion lente, il est pertinent d’écouter sa sensation de faim et de satiété. Ainsi, on évite un surplus de nourriture non digéré qui se transforme souvent en toxines et qui peut entraîner une congestion et donc un stockage sous forme de graisse. 
  • Les plats légers sont à favoriser. Tandis que les plats trop riches (gras, frits, sucrés) sont à éviter. 
  • L’ajout d’une matière grasse végétale, en quantité modérée est toujours bénéfique. Cependant, ici, en cas d’excès de Kapha, il est recommandé d’en limiter sa consommation. Ceci, dans le but de ne pas entrainer un surplus nutritif et un éventuel stockage.
  • Pour avoir plus de conseils en alimentation afin de rééquilibrer le Dosha Kapha, je vous invite à consulter l’article suivant : équilibrer le Dosha Kapha grâce à l’alimentation.

Préparer la transition vers le printemps

Vers la fin de l’hiver, quelques semaines avant le début du printemps, soit quand les températures augmentent, on commence à préparer son corps à ce nouveau changement de saison. Le printemps est la saison du Dosha Kapha, la saison de l’eau, qui devient liquide avec l’arrivée de la chaleur. Petit à petit, on instaure une routine de vie qui vient apaiser ce Dosha afin d’éviter que ce dernier ne s’aggrave de trop. Cela va permettre d’atténuer les troubles Kapha cités ci-dessus. C’est également le bon moment pour mettre en place une détox de l’organisme.

Pour en savoir plus, sur la saison du printemps, je vous invite à consulter l’article dédié.

Profitez bien de cette saison hivernale, reposez-vous, écoutez-vous et faites ce qui vous semble bon pour vous. Personne d’autre que vous ne peut juger ce qui est juste pour votre corps et votre mental. Suivez votre intuition et vos ressenties, ils sont votre boussole interne. Appréciez les belles journées d’hiver, les paysages blanchâtres, les ballades en nature, le cocooning et le confort chaleureux de son intérieur. Profitez de ces journées d’introspection pour vous ressourcer, vous reconnecter à votre être profond, à ralentir, à vous reposer afin de recharger les batteries pour les prochaines saisons estivales qui arrivent. Faites le plein de bonnes énergies, ralentissez, soyez à l’écoute de votre intérieur… 

Partagez l'article :

Nos autres articles